Se rendre au travail à vélo

Aller au travail en vélo : nos conseils pour devenir vélotafeur

 

Aller au travail en vélo, également appelé vélotaf, est de plus en plus répandu. Les aménagements cyclables et les différentes aides et subventions n’ont fait qu’accentuer l’essor de cette pratique. Alors si vous souhaitez délaisser la voiture, le métro ou le bus et être prêt(e) à sauter le pas du vélo, cet article est fait pour vous ! Budget, équipement, vélo-école, forfait mobilités durables : voici un premier aperçu de ce que vous devez savoir !

Aller au travail en vélo : ce qu’il faut savoir avant de débuter

Le vélotaf offre de multiples avantages : il est bon pour la santé, bon pour l’environnement et bon pour votre porte-monnaie !

Inutile de vous parler des bienfaits sur votre corps et votre cœur, vous en avez déjà certainement conscience. Parlons plutôt budget et économies : le vélo c’est moins cher que la vouture, oui mas à quel point ? Dans cette vidéo, vous pourrez voir que, sur 440 trajets de 4 km, la voiture coûte environ 528 € contre 54 € pour le vélo et 108 € pour une VAE ! Cette comparaison a été faite sur une année et vous permet d’avoir une idée du gain non négligeable réalisé !

Mais il n’est pas toujours facile de sauter le pas et de délaisser voitures et transports en commun pour se mettre au vélo et effectuer quotidiennement ses trajets domicile – travail. Nous vous donnons donc ici quelques astuces pour rouler toute l’année :

 

  • Pour rouler à sec il est important d’avoir des vêtements de pluie : veste imperméable, pantalon de pluie ou même poncho qui couvre pratiquement l’intégralité du corps. Vous trouverez des exemples ici.  Et il faut aussi que le vélo soit équipé pour faire face aux intempéries ! N’oubliez pas les garde-boues pour éviter toutes éclaboussures, une protection pour la chaine (elle est fragile, prenez en soin) et des freins rollerbrakes particulièrement adaptés à la pluie.
  • Pour transporter vos affaires, vous pouvez opter pour un panier à l’avant du vélo. Des sacoches peuvent aussi se fixer à l’arrière du vélo (au niveau de la roue ou du porte bagage arrière) sur la droite et la gauche. Il en existe de toutes les tailles, en fonction de vos besoins.
  • Pour votre sécurité, il faut voir, être vu et entendu. Faites en sorte que votre vélo comporte des bandes lumineuses ou des LED et une sonnette. Et même s’il n’est obligatoire que jusqu’à l’âge de 12 ans, vous pouvez également porter un casque (pour en savoir plus sur le port du casque, n’hésitez pas à lire notre article à ce sujet).
  • Pour éviter le vol, l’antivol reste l’accessoire obligatoire ! Il est indispensable de cadenasser votre antivol à un point fixe et solide (barrières, arceau de stationnement, poteau…) par le cadre du vélo. Essayez de laisser le moins d’espace possible entre le vélo et le point d’attache mais aussi d’orienter la serrure de l’antivol vers le bas (pour complexifier la tâche des voleurs !). Les antivols en U sont les plus efficaces, mais n’oubliez pas qu’il n’assure pas une sécurité à 100% (500 000 vélos sont volés en moyenne chaque année en France). On vous conseille aussi de l’attacher dans un lieu fréquenté et éclairé.

 

Autre crainte légitime du vélotafeur : la transpiration ! Pour la limiter, vous pouvez pédaler moins fort et diminuer légèrement votre vitesse. Et ne vous couvrez pas trop puisque votre corps va monter en température avec l’effort. Le mieux est d’opter pour des vêtements respirants spécialement conçus pour la pratique du vélo. Enfin, dernier point, évitez les sacs à dos, qui même peu chargés, font nécessairement transpirer.

Si besoin, les vélo-écoles vous aident à aller au travail en vélo

Nous sommes de plus en plus nombreux à nous déplacer à vélo pour nous rendre sur notre lieu de travail. Malheureusement, les infrastructures ne sont pas toujours adaptées au vélo et il peut parfois être difficile de se frayer un chemin dans le tarif ambiant, en toute sécurité.

Si vous n’avez pas l’habitude de vous déplacer à vélo, que vous ne vous sentez pas à l’aise lors de vos déplacements à bicyclette ou que vous ne savez tout simplement pas faire de vélo, pas de soucis ! Les vélo-écoles sont là pour vous aider à gagner en autonomie et en confiance mais aussi pour vous faire pratiquer en conditions réelles dans la jungle urbaine ou dans un environnement rural.

 

Une vélo-école vous permettra :

  • De (ré)apprendre les principales compétences indispensables telles que la conduite en ville, le code de la route à vélo, l’anticipation des obstacles et des risques, etc.
  • De savoir ce qu’il faut avoir sur soi en cas de pépin avec son vélo mais aussi comment le réparer (crevaison, déraillement etc…)
  • D’améliorer sa confiance en soi lors des déplacements et ainsi éviter au maximum l’accident.

 

Le plus important dans le vélotaf est de préparer son trajet et surtout de le connaitre ! Nous vous conseillons de faire le trajet une première fois, hors horaire de travail, pour prendre votre temps, noter les obstacles sur votre parcours et/ou si ce trajet ne vous convient pas, essayer d’en trouver un autre. Et pour vous aider, sachez qu’il existe des applications créées spécifiquement pour les trajets à vélo (Geovelo, Bikemap).

 

Découvrez les vélo-écoles FUB et leur programme ouvert à toutes et à tous !

Forfait Mobilités Durables et aide à l’achat d’un VAE bienvenus

Le FMD facilite la prise en charge par l’employeur des trajets domicile/travail à condition qu’il s’agisse d’un moyen de transport durable (c’est-à-dire qui émet moins de CO2 que la voiture). Ainsi, depuis le 1er Janvier 2021, l’indemnité versée peut aller jusqu’à 500€/an/salarié !

La mise en place de ce Forfait Mobilités Durables témoigne de l’engagement de l’entreprise tant sur le plan environnemental que sur le bien-être au travail des équipes. Cependant, le FMD est facultatif, sa mise en place est décidée lors des Négociations Annuelles Obligatoires (NAO : concerne les entreprises privées dans lesquelles a été désigné au moins un représentant syndical. Elles permettent de faire un point avec l’employeur sur la situation salariale ou l’organisation du travail). L’employeur reste le décideur final.

 

Attention, le montant est différent selon si vous travaillez dans le secteur privé ou public ! Dans le public, l’aide est de 200€ maximum alors que, dans le privé, elle peut monter jusqu’à 500€.

Les moyens de transports concernés par le forfait mobilités durables sont :

  • Les vélos ou les VAE (vélo à assistance électrique) personnels du salarié ou par abonnement,
  • Le covoiturage,

 

Et si vous travaillez dans le secteur privé, la liste s’élargit aux moyens de transport suivants :

  • Les engins à moteurs non thermique tels que les trottinettes, les gyropodes, etc.,
  • Les services d’autopartage à faible émissions : véhicules électriques, hybrides rechargeables, à hydrogène,
  • Les transports publics mais hors abonnement car il est déjà pris en charge par la prime transport. A noter que le Forfait Mobilités Durables est cumulable avec l’abonnement Transport en Commun, à condition de travailler dans le secteur privé et que la somme des deux ne dépasse pas 500€ en 2021.

 

Autre aide intéressante à l’achat d’un VAE : le bonus vélo

Pour les personnes aux revenus modestes, l’Etat a mis en place un bonus pouvant atteindre 200€. Pour pouvoir l’obtenir, le vélo à assistance électrique doit être neuf, sans batterie au plomb et il ne doit pas être cédé par l’acquéreur dans l’année suivant son acquisition.

 

Pour plus de renseignements, nous vous conseillons d’aller visiter le site 1KM à pied !

Le forfait à mobilité durable - AddBike vous explique
Transporter mes affaires en triporteur

Aller au travail en vélo cargo ? Une alternative intéressante

Alors, convaincu(e) ? Un dernier point à résoudre : comment transporter ses affaires à vélo, voire ses enfants ? Pour les affaires, vous avez la possibilité de fixer un panier à l’avant ou bien d’investir dans des sacoches latérales. Néanmoins, le volume de chargement pour s’avérer insuffisant dans certains cas. L’alternative, c’est de passer au vélo cargo ! Mais pas besoin d’investir dans un biporteur ou un triporteur ! Si vous avez déjà un vélo, optez plutôt pour le système AddBike+. Il permet de transformer n’importe quel vélo en triporteur : il suffit d’enlever la roue avant du vélo et de la remplacer par une Carry’Box. Vous pouvez alors transporter jusqu’à 35kg ou 110L et vos affaires sont parfaitement protégées du soleil, du vent et de la pluie. Ce système est bien sûr réversible et, en quelques minutes, vous pouvez retrouver votre vélo habituel. Et si vous avez un VAE et que le moteur ne se situe pas sur la roue avant, vous pouvez sans problème transformer votre vélo électrique en triporteur.

Sur le même principe, vous avez un module dédié au transport d’un enfant : la Carry’Box Kid. Vous pouvez ainsi déposer votre enfant à l’école juste avant d’aller au travail.

Et pour nos amis les chiens, c’est plutôt la Carry’Dog qu’il vous faut !

Autre option pour le transport d’enfants ou de charges : le longtail. C’est un vélo rallongé vers l’arrière qui, selon le modèle, peut être équipé d’une cabine à l’arrière et permettre le transport en toute sécurité de 2 enfants ou d’affaires jusqu’à 80kg ou 100L. C’est donc un vélo parfait pour le vélotaf et pour les éventuels détours école et/ou courses. Pour plus d’infos sur notre longtail, c’est par ici, et sur les vélos transporteurs, c’est par là !

Transporter mes enfants en longtail
{"cart_token":"","hash":"","cart_data":""}