Rouler en triporteur electrique

Rouler en triporteur electrique puissant : ce qu’il faut savoir !

 

Le triporteur est une vraie alternative à la voiture en ville aussi bien pour les particuliers que pour les professionnels. Simple d’utilisation, vitesse moyenne plus élevée qu’un triporteur musculaire, déplacements plus écologiques, grande capacité de chargement… : les avantages sont nombreux ! Une fois testé, difficile de revenir en arrière ! Alors avant d’essayer, voici ce que vous devez savoir pour rouler en triporteur electrique puissant et faciliter encore plus vos trajets du quotidien !

Les différents moteurs sur un triporteur electrique puissant

En motorisation de vélo électrique, il faut comparer le « couple moteur ». Ce dernier est exprimé en Newton/Mètre (dans le langage courant il est symbolisé par Nm). Le « couple » est une notion assez subtile en mécanique car il représente la force que le moteur donne dans son mouvement. Plus un moteur a un couple élevé et plus vous pourrez monter des côtes très raides sans difficulté.

Les types de moteurs pour un triporteur electrique puissant

  • Le moteur dans le moyeu de la roue avant
Le moteur du vélo dans la roue avant

C’est l’emplacement le plus simple pour installer le moteur et c’est souvent le moins couteux. Positionné à cet endroit, le moteur n’interfère ni avec les pédales, ni avec la chaîne. Il permet de relancer son allure de façon simple et sans effort, ce qui en fait un moteur très apprécié par les vélotafeurs, notamment dans le cadre de trajets simples et moyennement vallonnés.

Le moteur dans la roue avant est aussi le plus sûr car il réduit le risque de perte d’adhérence de la roue arrière dans un virage sur chaussée glissante (traction avant).

Autre solution : le moteur avant réducé : il soulage la transmission du vélo puisqu’il n’y a pas d’engrenages qui frottent les uns contre les autres pour réduire la vitesse du moteur central. Grâce à cela, la durée de vie du moteur est allongée, le risque de perte d’adhérence de la roue arrière est réduit et le vélo est quant à lui plus léger !

  • Le moteur sur le moyeu arrière

Placé à cet endroit-là, le moteur permet d’éviter le sentiment de lourdeur. Il est toutefois plus difficile à monter de par la présence du dérailleur arrière. Cette motorisation, plus nerveuse et réactive car directement reliée à la transmission arrière, est très appréciée par ceux qui aime la conduite dynamique.

Toutefois, il peut y avoir trois inconvénients :

  • La présence d’un dérailleur implique forcément des risques de déraillements, et donc un peu de mécanique et de cambouis !
  • L’entretien est plus difficile puisqu’il devient complexe d’enlever la roue en cas de crevaison
  • Une mauvaise répartition du poids si la batterie se situe elle aussi à l’arrière (au niveau du porte bagage)
  • Le moteur sur le pédalier (en position centrale)
Le moteur du vélo dans le pédalier

Le moteur sur le pédalier est le type d’assistance qui est le plus élaboré. La puissance délivrée par le moteur est proportionnelle à la pression exercée par le cycliste sur ses pédales. Plus il appuie fort sur la pédale, plus le système détecte qu’il est sollicité : le moteur envoie alors plus de puissance. A contrario, moins le cycliste va appuyer fort sur les pédales, moins l’assistance électrique va l’aider. Cette gestion est contrôlée par 3 capteurs : le capteur de couple, le capteur de vitesse et le capteur de cadence de pédalage. Le contrôleur agit donc comme un cerveau et va donner l’ordre au moteur de fournir plus ou moins d’aide.

Grâce à cet emplacement, le poids sur un VAE est optimisé (meilleure répartition des masses du vélo, surtout si la batterie est également sur le cadre) permettant d’avoir un vélo plus maniable et plus stable. L’assistance est douce, sans à-coups, nous en arrivons même à oublier que nous sommes assistés : idéal pour des trajets moyens à longs.

Toutefois, des inconvénients existent :

  • Le moteur est généralement plus lourd que les deux autres moteurs et pèse environ 1.5kg. Il est aussi plus bruyant et plus cher. Il est possible de recourir à des composants de meilleure qualité, notamment afin d’alléger le moteur, mais le prix sera plus élevé.
  • Ce moteur entraine la chaîne et la boite de vitesse, la puissance s’ajoute à celle des cuisses du cycliste : cela peut provoquer une usure plus rapide des composants.
  • Il tire également sur la chaîne qui va donc vieillir plus rapidement. Assurez-vous que la chaîne est solide mais gardez bien en tête qu’il faudra sûrement changer votre chaîne et votre plateau plus régulièrement si vous avez un usage quotidien de votre vélo.

Transformer son vélo en vélo electrique grâce à un kit vélo

Depuis quelques années, des solutions alternatives existent permettant de transformer un vélo musculaire en vélo électrique. Mais attention à ne pas oublier quelques règles :

– la puissance de l’assistance doit permettre d’atteindre une vitesse qui n’excède pas les 25 km/h et le moteur ne doit pas dépasser les 250W,

– le déclenchement de l’assistance électrique est nécessairement lié au pédalage (nous ne sommes pas non plus sur un scooter !),

– au-delà de 250W, l’assistance est autorisée jusqu’à 45km/h. Les vélos sont alors classés par la législation française dans la catégorie L1e, soit cyclomoteur, ce qui nécessite des obligations complémentaires : immatriculation, assurance, port du casque homologué obligatoire.

Les batteries sur les vélos cargo, composition et emplacement

Les premiers vélos à assistance électrique étaient équipés de batteries au Plomb (lourdes et volumineuses) puis au Nickel (mais avec un effet mémoire : il fallait attendre que la batterie soit complétement déchargée avant de la recharger ou l’on risquait de voir la capacité de la batterie fortement réduite).

Désormais, les batteries sont au Lithium et on en distingue 3 sortes : les batteries lithium polymère (Li-Po), les lithium phosphate (LifePO4) et les lithium-ion (Li-ion). Les Li-ion sont privilégiées car elles offrent un espace de stockage plus élevé tout en affichant un poids et un volume modeste et une excellente durée de vie ! Par exemple, celles qui sont utilisées quotidiennement et sont normalement entretenues ont une durée de vie de 5 à 6 ans et de 500 à 600 cycles de charge-décharge. Elles fonctionnent encore après cette période mais leur capacité est réduite, ce qui implique des recharges fréquentes.

Pour obtenir la capacité d’une batterie, il faut multiplier l’intensité heure de la batterie (Ah) avec sa tension (V). Une batterie milieu de gamme fait 36V et 10Ah, soit un total de 360 watts/heure. Plus ces paramètres sont élevés, plus la batterie aura de l’autonomie (et plus elle sera chère !). Bien entendu, plus le moteur du vélo est puissant, plus il consomme d’électricité et diminue donc l’autonomie de la batterie.

 

Côté emplacement, elles peuvent se trouver :

  • A l’arrière du tube de selle du vélo, allongeant ainsi le vélo : cette solution peu élégante conviendra à des vélos pliants aux roues plus petites. Elle est souvent incompatible avec les sièges bébé.
  • Au niveau du porte bagage arrière : c’est la position la plus fréquente. Il faut juste s’assurer au préalable que le porte bagage est bien compatible avec les accessoires que l’on souhaite installer sur le vélo. Ainsi, si vous souhaitez utiliser le porte-bagage pour porter (des affaires, des enfants…), nous vous recommandons de choisir un vélo avec une batterie fixée au cadre ou à l’avant du vélo.
  • Sur le tube diagonal du vélo : cela permet d’abaisser le centre de gravité. C’est idéal pour le cyclotourisme lorsque l’on souhaite transporter jusqu’à 100L de charges.
  • A l’avant : solution idéale sur les vélos de ville car elle ramène du poids sur la roue avant et permet d’utiliser n’importe quel bagage arrière.

Comment calculer l’autonomie d’un triporteur electrique puissant

Pour calculer l’autonomie d’un velo triporteur electrique puissant, en plus de la capacité de la batterie, il faut prendre connaissance de ces 3 paramètres :

  • Votre poids: le poids du cycliste et de ce qu’il transporte influence l’autonomie du vélo. Plus votre poids est élevé, plus l’autonomie moyenne est réduite puisque le moteur doit compenser le poids que le vélo transporte lors des déplacements.
  • L’assistance électrique: c’est ce qui va déterminer à quel point le moteur du vélo va vous aider lorsque l’on pédale. On peut la régler sur différents niveaux en fonction de l’aide que l’on souhaite. Généralement il y a trois niveaux (faible, moyenne et élevé). Plus vous vous servez d’une faible assistance, moins le moteur ira pomper dans la batterie et donc aura une plus grande l’autonomie. A contrario, plus l’assistance est élevée, plus le moteur pompera la batterie et donc l’autonomie de la batterie sera plus courte.
  • Le trajet : Plus la route monte, plus l’assistance va consommer. De même pour les arrêts fréquents en ville. A contrario, plus le trajet est plat ou en descente, avec un nombre d’arrêts limités, moins l’assistance va consommer !

Le code de la route à connaître en triporteur electrique puissant

Les VAE font partie de la catégorie des cycles bien qu’ils possèdent un moteur. Le velo triporteur electrique puissant est donc considéré comme un vélo classique à condition qu’il répond à ces trois critères :

  • Le moteur doit fonctionner avec le pédalage
  • La puissance du moteur ne doit pas dépasser les 0.25 kilowatt
  • L’alimentation de la VAE doit s’interrompre à partir de 25 km/h ou quand le cycliste ne pédale plus.

 

Pour rouler en triporteur electrique, le code de la route « traditionnel » propre au vélo s’applique avec quelques règles additionnelles :

  • Les enfants âgées de moins de 8 ans peuvent rouler sur le trottoir avec un VAE. Plus âgés, ils doivent rouler sur la route, à droite, pour ne pas gêner le trafic. S’ils sont sur le trottoir c’est le vélo à la main !
  • Un cycliste qui pédale sur une voie publique ne doit pas avoir son téléphone à la main.
  • Tout comme en voiture, un cycliste ne doit pas être positif à l’alcootest. L’amende est de 90€ !
  • Bien que certains panneaux ne soient pas soumis à l’examen du code de la route, les cyclistes sont censés les connaitre et les respecter. Ils sont donc tenus de s’arrêter au feu rouge sauf si une signalisation spécifique les autorise à passer (à condition qu’ils laissent passer les usagers ayant la priorité).

Si vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas à lire notre article dédié à ce sujet : « déplacement en vélo cargo : faut-il respecter le code de la route ? »

La solution d'AddBike pour passer du vélo au vélo triporteur !

Vous possédez un vélo electrique et vous souhaitez avoir un triporteur electrique puissant sans vous ruiner ? Nous avons la solution !

Il vous suffit de remplacer la roue avant de votre vélo par notre système pendulaire AddBike+ : quelques minutes suffisent pour transformer votre vélo en triporteur ! Et c’est bien sûr réversible !

Autre précision importante : vous pouvez bien sûr l’ajouter sur votre vélo électrique, à condition que le moteur ne soit pas situé sur la roue avant (et oui, étant donné qu’il faut l’enlever… vous perdriez tous les avantages d’un VAE !)

En fonction de ce que vous souhaitez transporter, il vous suffit alors d’ajouter sur votre triporteur electrique puissant le module Kid pour un enfant, le module Dog pour un chien et la Box pour des affaires / courses / charges en tout genre.

Le gain de place est conséquent étant donné que vous n’avez pas besoin d’avoir 2 vélos et les économies importantes vu que vous n’avez pas besoin d’acheter un triporteur dans sa globalité !

faites plus a velo AddBike
{"cart_token":"","hash":"","cart_data":""}