L’année 2017 a été un excellent cru pour l’industrie du cycle : le marché a dépassé les 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires (en hausse de près de 10%, selon le dernier Observatoire du Cycle), porté par un développement exceptionnel du Vélo à Assistance Electrique. Beaucoup d’attentes sont placées dans l’année 2018. Tous les ingrédients semblent à présent réunis pour franchir un nouveau cap : les associations de promotion du vélo jouent un rôle de plus en plus actif et se font entendre pour défendre et promouvoir la culture du vélo en France ; les usages se multiplient (grâce notamment à l’avènement des vélos cargos) et les cyclistes défendent des aménagements adaptés à leur pratique ; les politiques à tous les niveaux semblent prendre la mesure de l’enjeu et considérer le vélo comme un véritable moyen de déplacement là où il restait encore cantonné à l’univers sportif il y a seulement quelques années. Entre ventes de vélos, investissements et mise en place de nouvelles mesures, tour d’horizon de la nouvelle France cyclable.

L’état du marché du cycle à fin 2017 en France

Les chiffres annuels de l’Observatoire du Cycle (de l’Union Sport et Cycle) étaient attendus, notamment pour tirer un bilan de la mesure de prime à l’achat de 200 € pour les VAE. En 2017, plus de 2,7 millions de vélos ont été vendus en France, VAE compris. Un chiffre qui reste relativement stable par rapport à l’année 2016. Avec l’ensemble des vélos vendus ainsi que les accessoires, le beau chiffre d’affaires de 2 milliards d’euros est détenu à 55% par nos détaillants français 🙂 puis 32% par les magasins multisports et enfin les e-commercants avec 8%. L’avènement du VAE soutient l’augmentation du prix moyen d’achat d’un vélo de 9%, à 459 € (mais 1564 € pour un VAE en moyenne).

Le bilan des ventes de VAE en 2017

En 2017, les ventes de VAE ont explosé : + 90% par rapport à 2016, pour atteindre près de 255 000 unités vendues, soit plus de 10% du nombre total de vélos commercialisés ! Bien qu’impressionnante, cette croissance vient poser plusieurs questions quant a sa continuité sur 2018. En effet, les aides étatiques mises en place jusqu’à fin janvier 2018 ont certainement beaucoup contribué à faire franchir le pas à de nombreux acheteurs. Cette aide apportait un soutien financier de 200 € aux ménages qui décidaient de s’équiper. En 2018, le dispositif a été revu et il revient désormais à chaque collectivité locale de mettre en place un système d’accompagnement. Nul doute que cela va ralentir la courbe de progression du VAE en France, l’ampleur restant à déterminer. Selon l’Union Sport et Cycle, cette courbe de croissance pourrait repartir en phase de progression « normale » en 2018, soit entre 260 000 et 330 000 unités vendues annuellement.

Ville, vélo et utilisateurs de vélo : le constat de le FUB

Cela fait maintenant plus d’un mois que les résultats du premier baromètre des villes cyclables ont été révélés. Avec plus de 113 000 réponses au baromètre, la FUB a récolté des retours significatifs qui permettent de souligner des points importants qui serviront à convaincre les pouvoirs publics de mettre en place un système vélo complet avec un vrai plan d’investissement. En effet, plus de 90% des villes classées ont obtenu une note inférieure à la moyenne concernant la satisfaction des conditions de circulation à vélo. Ce constat doit maintenant permettre d’aborder la création d’un plan vélo de manière sérieuse en 2018. Soutenu par la ministre des transports Elisabeth Borne, qui prône la mise en place d’un plan vélo « sincère, structuré et financé », et récemment par 200 parlementaires de tous bords, il devra couvrir les différents volets nécessaires à une politique vélo ambitieuse : aménagements des routes, dispositifs financiers, formation et éducation. Avec une demande d’un fonds national de 200 millions d’euros par an, la FUB compte bien faire bouger les choses et prouver que les enjeux de transition énergétique, de santé publique et de qualité de l’air nécessitent cet investissement.

Pour soutenir le plan vélo: https://www.parlons-velo.fr/

La région Île-de-France, bien décidée à appliquer son plan vélo

Sans attendre les décisions nationales, un plan vélo local est déjà mis en oeuvre, celui de la Région Île-de-France, adopté en mai 2017. Son ambition : tripler les déplacements cyclables sur son territoire. En mars 2018, les collectivités ont déjà reçu 11 millions d’euros, dont 4,5 millions remis à la Ville de Paris, sur les 100 millions d’enveloppe prévisionnelle. La capitale a ainsi intensifié son développement d’un réseau cyclable, notamment sur les boulevards très fréquentés (avec des échanges houleux entre pro-voiture et pro-cycle) mais aussi en rendant possible la circulation à double-sens sur l’ensemble des rues parisiennes.